Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les précaires mettent à profit la manifestation  pour lancer une action. Ça déborde et ça rassemble !

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

La Coordination des Intermittents et Précaires,

« contre la casse des vies et la Valls des profits »,

s'était insérée dans le cortège à l’angle de la rue d'Amelot et du boulevard Voltaire.

.

.

À l’issue de la manifestation, vers 16h 45, les précaires et intermittents se regroupent dans l'intention aller occuper le 20 rue de Reuilly, une caserne militaire désaffectée.

18h17 Des policiers en civils arrivent sur les lieux, 20 rue de Reuilly.

18h30 Les manifestants s’enferment dans la cour de la caserne de Reuilly pour se prémunir d'une charge policière possible.

18h44 L'AG entérine l'action et l'occupation à l'unanimité. L'action avait été préparée discrètement pour ne pas se retrouver devant un bâtiment investi par la police, comme cela s'était passé récemment.

Les précaires mettent à profit la manifestation  pour lancer une action. Ça déborde et ça rassemble !

Vers 18h50 Un appel à rejoindre le lieu occupé est lancé Place de la Nation, alors que les manifestants continuent d'affluer.

18h53 Un élu du 12e, Nadjovski, Verts, est présent ainsi qu’un responsable de Paris Habitat, propriétaire des lieux. Des manifestants se sont également massés en petit nombre dans la rue de Reuilly.

La mairie Hidalgo ne répond pas aux demandes qui lui sont faites…. À l'intérieur les précaires, qui ont besoin de renfort multiplient les appels.

19h15 La visite d’un conseiller d’Hidalgo et celle de Poutou sont attendues.

Les précaires mettent à profit la manifestation  pour lancer une action. Ça déborde et ça rassemble !

19h40 L’adjointe de l’adjoint à la culture passée en coup de vent, mal à l’aise, elle a refuse d’entrer. Selon cette fonctionnaire socialiste vraiment perspicace : « ça déborde de l’intermittence ! ». C'est tout dire !

Effectivement, sont présents également des vacataires de la poste du 92,

des intérimaires,

des étudiants avec ou sans emplois,

des sans papiers régularisés grâce aux luttes,

des 'R-èS-hAstes',

des très mal logés,

des « 'expulsables' printaniers »

et puis des « vous » comme des « moi ».

Quoi ? Presque n'importe qui ?

Oui !

Ça déborde et ça rassemble ! C'est vraiment trop !

Les précaires mettent à profit la manifestation  pour lancer une action. Ça déborde et ça rassemble !

19H5O Non seulement des civils (flicaille ?), mais aussi des bleus se retrouvent à l’intérieur. Ça serait pour la sécurité de la conseillère d’Hidalgo lorsqu’elle arrivera ou bien, c'est un coup de Cazeneuve, qui pousse ses pions et veut jouer au Valls. Est-il seulement au courant de l’entrevue qui doit avoir lieu ici avec la conseillère d'Hidalgo ? Ses pandores le mettront bien au parfum.

Tout ce beau monde est raccompagné sans problème vers la sortie.

20h11 Danielle Simonet arrive. Elle invoque la légitimité de l’action en cours, soutient la demande faite auprès de la mairie et déclare à l’assemblée générale :

« C’est comme ça qu’il faut faire et rendre les lieux pérennes », car la mairie a des visées immobilières sur les lieux.

La Direction générale de la sécurité de la Ville de Paris est dans la place. Un conseiller d’Hidalgo vient également d'arriver.

Vers 20h30 Des pourparlers étaient en cours avec Roussot, un conseiller PS de la la Maire de Paris.

Les précaires mettent à profit la manifestation  pour lancer une action. Ça déborde et ça rassemble !

20h40 On apprend, finalement, sans trop de surprise, que la mairie de Paris refuse toute négociation.

21h02 La Ville gesticule verbalement, façon musclée. Ils exigent que les contestataires évacuent les lieux et conjointement proposent un rendez-vous pour lundi, mais refusent de s’engager à ne pas envoyer la police.

21h03 AG en cours, comment on s’organise après ça ?

21h16 Alors que les personnalités sont parties, les négociations, non entamées avec la conseillère d’Anne Hidalgo, sont déjà bloquées… la conseillère admet pourtant que la mairie ne projette pas d'utiliser les lieux avant août 2015.

Les précaires mettent à profit la manifestation  pour lancer une action. Ça déborde et ça rassemble !

21h23 Les CRS se prépare, tandis qu’à l’intérieur un certain flottement semble prévaloir face à la menace d’expulsion qui se précise.

21h31 Violente intervention policière. Environ 150 personnes sont dehors, alors que d’autres restent enfermées dedans..

21h38 les enfermés finalement sortent.

Les précaires mettent à profit la manifestation  pour lancer une action. Ça déborde et ça rassemble !

21h58 il semble que personne n'ait été interpellé. La majorité des ex-occupants se trouve rue du faubourg saint Antoine, un autre groupe est encerclé par la police boulevard Diderot.

22h20 L'évacuation est maintenant terminée.

Il n'y a eu ni interpellation, ni de blessé.

Tout d'abord Séparés en deux groupes, les ex-occupant-e-s de la Caserne Reuilly sont maintenant libres de leurs mouvements.

Malgré la raclée fichue à Hollande aux municipales à la suite de la marée d'abstentionnistes de gauche

et aujourd'hui malgré une marée de manifestants,

qui peut faire croire que la nouvelle droite solférinienne infléchira d'un chouia son cap,

bien déterminée qu'elle est, depuis bientôt quarante ans,

à servir ses oligarchiques intérêts.

.

.


Bon courage pour la mobilisation et la riposte générale !

.

T. D

[Se référer aux précédents articles :

Les désirs ne chôment pas ! Fuck l'austérité !

Les désirs ne chôment pas ! Fuck l'austérité !

Tag(s) : #Échos des Luttes, #Austérité, #Libéral autoritarisme, #Précariat, #Chômage, #Répression