Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Congrès du PGE. La motion écosocialiste majoritaire, la délégation du PCF a voté contre

.

.

.

.

.

.

À la suite du communiqué très succinct du Parti de Gauche, nous vous invitons à lire les explications qui le suivent.

.

.

Le Congrès du PGE (Parti de la Gauche Européenne) a pris deux dernières décisions ce dimanche 15 décembre.

.

.

Il a désigné Alexis Tsipras comme candidat à la présidence de la Commission européenne.

C’est une belle et grande nouvelle.

C’est le choix de la résistance sans concession aux politiques d’austérité, de l’indépendance par rapport à la social-démocratie et au vieux système politique pourri.

C’est un encouragement aux efforts du peuple grec qui est à quelques pas de porter au pouvoir un parti qui propose clairement de désobéir aux mémorandums de la Troïka et se prépare ainsi à faire craquer la chaine de l’austérité en Europe.

.

Le Congrès vient également de renouveler Pierre Laurent à la présidence du PGE.

Cette décision complique lourdement notre tâche en France.

La clarté de notre campagne des européennes ne doit pas être mise en danger par la stratégie portée par Pierre Laurent de rejoindre la liste du PS aux municipales à Paris. Rien ne doit venir brouiller le sens politique du vote pour nos listes.

Nous décidons donc de suspendre notre participation au PGE jusqu’aux élections municipales.

.

.

.

.

La participation du PG au PGE est suspendue jusqu’à la fin des municipales ?
Ayez la patience de lire ce texte tiré du blog de Mélenchon et vous comprendrez qu'il ne s'agit pas d'un mouvement d'humeur incohérent.

.

.

Au congrès du PGE notre motion écosocialiste devient majoritaire

.

Le congrès du PGE (Parti de la Gauche Européenne) vient de se tenir à Madrid.

C’est un parti qui regroupe une série de nouveaux partis comme le PG français ou le Syriza grec, le Die Linke allemand ou le Bloco portugais, l’alliance Rouge Vert du Danemark et une série (mais pas tous) d’anciens Partis Communistes d’Europe de l’Ouest ou de l’Est.

Accolé à une fondation, il dispose d’importants moyens.

Le PGE fonctionnait jusque-là au consensus.

Ce congrès a interrompu cette habitude, qui aboutissait à l’étouffement des débats et des initiatives, dans une routine fade qui condamnait le parti à une certaine illisibilité dans des moments cruciaux, comme au moment de l’adoption du traité budgétaire.

.

Depuis son adhésion, notre parti a pris au sérieux sa participation aux travaux et à l’action quand il y en a eu.

L’inclusion de la thèse de la Révolution citoyenne dans les thèses du PGE est le résultat de ce travail de dialogue approfondi.

Je le mentionne parce que la thèse de la Révolution citoyenne n’est pas la reprise, sous vocable euphémisé, de l’ancienne thèse sur la révolution socialiste. Mais cela ne suffisait pas au renouveau doctrinal, selon nous.

La « Révolution citoyenne » est une stratégie.

Il faut dire au service de quel projet.

Ici, il est question de la rupture avec le productivisme

et de la reformulation du projet collectiviste dans le sens d’un projet d’intérêt général humain.

Ce travail, nous l’avons conduit sans désemparer pendant deux ans, essentiellement sous la houlette de Corinne Morel-Darleux.

Les thèses sur l’écosocialisme, adoptées à Paris en 2012, ont été présentées dans une dizaine de pays et traduit en une quinzaine de langues.

Comment l’idée pouvait-elle cheminer dans le congrès du PGE ?

Nous avons décidé de nous mobiliser au plus haut niveau. En amont du congrès, deux séances du secrétariat national de notre parti en plénière ont permis un débat sur le fond et la méthode qui serait employée au congrès.

La délégation, conduite par Martine Billard co-présidente de notre parti, intégrait tous les responsables du parti qui avait été en charge d’une partie du dossier Europe ou Ecosocialisme.

Deux exceptions : Eric Coquerel et moi dont il avait été décidé que nous n’irions pas au congrès.

Un système de contact et de compte rendu permanent a permis à tout notre bureau national de suivre l’évolution du travail.

Une téléconférence fut même organisée le premier soir.

Tout cela pour signaler combien nous avons pris au sérieux ce congrès.

Sur place, réunie à intervalle régulier, notre délégation s’est attelée a un intense travail de dialogue.

La répartition des langues parlées par les membres de notre délégation permettait un accès direct aux plus importantes délégations.

Quand il fut devenu évident que la thèse écosocialiste, pourtant soutenue depuis des mois dans les commissions de travail ad hoc sombrerait dans les sables mouvant, conformément à son mandat, notre délégation a voulu porter le débat devant le congrès.

Très rapidement les nouveaux partis tombèrent d’accord avec nous.

Le texte de l’amendement fut rédigé en commun et soumis au vote.

C'est ainsi que le PG, avec l'alliance rouge-verte du Danemark, le Bloco du Portugal, die Linke en Allemagne et Syriza pour la Grèce, ont proposé une motion faisant de l’écosocialisme l’axe de l’orientation idéologique proposé au Parti de la Gauche européenne.

Un texte présenté en amendement, en cohérence avec le texte politique général.

Celui-ci avait été déjà sérieusement retravaillé en amont par nos délégués pour réaffirmer sans ambiguïté un rejet complet de la ligne libérale de la social-démocratie, la nécessité d'une alternative au capitalisme et la stratégie de la Révolution citoyenne.

.

« Avec l'écosocialisme comme projet et la Révolution citoyenne comme stratégie de réappropriation de la politique par chacun, la gauche européenne peut se donner les outils pour mener de front lutte institutionnelle, bataille culturelle et résistances de terrain »

a expliqué à la tribune du congrès Corinne Morel Darleux.

.

Après débat, l’amendement a été nettement adopté :

47,6 % pour,

42,9% contre,

9,5% abstention.

.

Nous n’avons pas compris pourquoi la délégation du PCF a voté contre.

Nous pensions que le rapprochement idéologique était déjà accompli sur ce point.

Une abstention aurait été comprise, compte tenu du débat des communistes français sur le nucléaire.

.

Quoi qu’il en soit, Martine Billard avait tracé notre ligne d’action dés le début du congrés :

« la responsabilité de nos partis, du Parti de la Gauche européenne est de tracer une alternative politique qui redonne espoir à nos peuples.

C’est le sens que veut donner le document politique qui nous est proposé.

Il affirme clairement la nécessité d’une rupture avec les traités européens et les politiques menées en Europe et dont la responsabilité est partagée entre la droite et la social-démocratie.

Dans ce contexte, il est absolument nécessaire pour reconquérir la confiance de nos peuples et renforcer le PGE de construire une cohérence entre nos textes et nos pratiques.

Aussi, nous saluons la proposition de présenter Alexis Tsipras à la présidence de la Commission européenne comme symbole de la lutte des peuples contre les politiques d’austérité.

Nous sommes aussi convaincus que cette stratégie d’autonomie de nos partis du PGE doit s’exprimer dans nos élections nationales.

Comme elle doit s’incarner au plus haut niveau de représentation du PGE.

En France, nous aurons des élections municipales deux mois avant l’élection européenne. Ces élections sont à deux tours.

Le Parti de Gauche défend l’existence de listes autonomes du Front de Gauche dès le premier tour de ces élections.

Malheureusement, à Paris, Pierre Laurent, le secrétaire national du Parti communiste, a décidé que le PCF partirait avec le PS dès le 1er tour.

Cela pose un problème pour l’image de la présidence du PGE.

Nous considérons que le fait que le président du PGE, appelle à aller sur la même liste que les socio-démocrates deux mois à peine avant l’élection européenne brouille le message d’autonomie du PGE,

et ce, pas seulement en France.

Aussi, au nom du Parti de Gauche, j’ai le regret, comme nous l’avions annoncé il y a deux mois, de vous dire que nous voterons contre la reconduction du mandat de Pierre Laurent.

Ce n’est ni une remise en cause de la personne,

ni du travail fait.

C’est une divergence politique.

C’est le refus d’une image brouillée pour le PGE. »

.

.

Que cela soit clair :

nous ne demandions rien pour nous même.

Même lorsque nous avons proposé la création d’une co-présidence pour instaurer la parité.

Idée acceptée et reportée au prochain congrès pour une raison inexpliquée.

De même, il ne s’agissait pas de mettre en difficulté le PCF dans le PGE.

Un autre membre du PCF, non engagé dans une liste avec les socialistes, aurait reçu notre aval, quel qu’il soit.

.

.

Mais Pierre Laurent a semblé ne rien vouloir entendre ni comprendre,

alors même que tout le monde cherchait un consensus,

que la reconduction d’un président du PGE est un fait nouveau par rapport à la tradition de rotation, et que le cumul de mandats aurait dû conduire a rechercher un soulagement de son activité.

.

.

En vain.

Il fallut donc partir de cette intransigeance pour réfléchir.

Étrange.

Il est regrettable que Pierre Laurent ait cru utile de fustiger « les donneurs de leçons » dans son intervention de clôture, sur un ton et un état d’esprit qui n’était pas celui du congrès.

.

.

Et, pour finir, il fut bien incongru de le voir défendre, en clôture de congrès du PGE, la liste municipale de Paris…

.

.

Pour autant, l’important pour nous était l’axe idéologique.

Devenu idéologiquement majoritaire sur sa proposition stratégique, tout en restant ferme sur son exigence de clarté en tous points,

le PG a joué le jeu et il a tenu tous ses engagements vis-à-vis du PGE.

Il n’a pas présenté de candidat à la présidence.

Son but n’était pas de provoquer une bataille de personnes.

Au demeurant, le rôle est apparu extrêmement limité dans une organisation qui fonctionne encore pour l’essentiel au consensus en ce qui concerne le quotidien, fait de réunions dans tous les coins d’Europe.

Dans une tribune parue en espagnol, François Delapierre avait nettement tracé la ligne rouge à ne pas franchir :

.

« nous n’avons pas fait tout ce chemin pour nous replacer si peu que ce soit dans les wagons de la social-démocratie ».

.

.

La participation du PG au PGE est donc suspendue jusqu’à la fin des municipales.

.

Tag(s) : #Europe, #Écologie, #Austérité, #Élections, #Communiqué PG