Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chroniques fralibiennes (3) à Boulogne Billancourt. Lancement de la campagne de boycott d'Unilever le 7 décembre

...

.

.

Le cercle de Boulogne Billancourt du Comité Rosa Luxembourg était présent, en fin d'après-midi, le samedi 7 décembre devant l'hypermarché Carrefour à proximité du Pont de Sèvres.

Le lancement de la campagne nationale de boycott des produits Unilever, en soutien des travailleurs de Fralib à Gémenos, avait été discuté, au préalable, en comité.

.

.

Préparatifs

.

.

Des militants étaient réticents au fait de remplir les caddies de produits Unilever en laissant une poignée de tracts au dessus.

Ils objectaient :

que même si cela permettait de désorganiser momentanément la vente des produits Unilever, cela ennuierait surtout les employés, qui seraient obligés illico de remettre les produits en rayons ;

que l'impact sur la population serait négligeable.

De plus à Boulogne la police municipale est toujours prompte à intervenir, lorsqu'on remue la moindre oreille, quand bien même nous respectons la légalité.

Nous ne pouvons pas, hors période électorale, attacher des panneaux sur la voie public ; même un chevalet pour poser des panneaux n'est pas toléré.

Lorsque nous nous transformons en homme sandwich, ils sont par contre bien embêtés, ils tournent autour de nous et repartent.

.

Pour ces raisons, certains militants craignent que cette expérience ne se termine rapidement au poste de police.

.

Nous décidons au vu de nos forces et des arguments de certains d'entre nous de faire une action plus qualitative.

.

Comme certains d'entre nous avaient acheté, à la fête de l'Humanité, une bonne quantité de boîtes de tilleul « FORCE et BON THÉ », l'idée germe que l'on pourrait organiser une dégustation gratuite de tilleul conditionné par les Fralib.

Cette idée enthousiasma les militants.

.

.

Chroniques fralibiennes (3) à Boulogne Billancourt. Lancement de la campagne de boycott d'Unilever le 7 décembre

......

.

Action

.

.

Nous rassemblons deux boîtes de Tilleul des Fralib ;

du sucre roux de canne, des cuillères, deux thermos ;

une table de camping nous est prêtée par un camarade de Meudon ;

nous confectionnons un tract succinct et une mini brochure explicative sur le combat des fralib de cinq pages pour les gens prêts à s'informer davantage ;

Glurps fait un dessin sur les marques Unilever

et trois panneaux d'explication sont confectionnés.

.

Nous sommes restés environ deux heures. Tout a été distribué sans faire du forcing, puisqu'il s'agissait d'expliquer aux gens la lutte des Fralib.

.

Nous n'avons pas vu la police, juste le gérant du Carrefour, qui, ayant peur que nous écornions son chiffre d'affaire, n'était pas très content et aurait souhaité nous voir déguerpir vite en ajoutant :

« C'est vrai, nous sommes aussi en démocratie ».

.

L'accueil des gens est bon.

Certains sont surpris de la démarche inhabituelle, mais en général sont touchés par le fait qu'on leur offre un tilleul bien chaud, qui sert de médiateur pour ouvrir la discussion.

Chroniques fralibiennes (3) à Boulogne Billancourt. Lancement de la campagne de boycott d'Unilever le 7 décembre

.

Le but, c'était d'appuyer leur revendication de récupérer la Marque Éléphant et de populariser leur lutte, qui s'inscrit dans le contexte du capitalisme financier, qui, ne voulant plus rien lâcher, abandonne des entreprises, qui serait viables, mais plus assez profitables.

.

Chroniques fralibiennes (3) à Boulogne Billancourt. Lancement de la campagne de boycott d'Unilever le 7 décembre

Les ouvriers, le dos au mur, face aux délocalisations, n'ont d'autres alternatives, que de récupérer leur usines pour espérer sauver leur emploi.

Dans ce processus, ils sont amenés à questionner la finalité de leur travail.

Les Fralib, ouvriers lambda ont parcouru, depuis trois ans de lutte une chemin énorme. Ils se réclament aujourd'hui du féminisme, de l'écologie et de l'autogestion.

Chroniques fralibiennes (3) à Boulogne Billancourt. Lancement de la campagne de boycott d'Unilever le 7 décembre

Dans ce processus, la démocratie tient une place centrale.

Le slogan des Lip, "Vivre les luttes d'aujourd'hui en préparant celles du futur", est actuel.

Sur le socle de l'expérience des Fralib, nous avons donc pu, avec des termes simples, aborder les problèmes de récupération d'entreprise dans le contexte du capitalisme financier ;

montrer l'articulation entre l'écologie et les luttes sociales, dans le cas présent contre la délocalisation et pour la reconstitution de filières locales bio (donc la création d'activité et à terme d'emplois pérennes) ;

évoquer aussi la démocratie en entreprise et prononcer le mot autogestion.

.

.

Ci-dessous, nous vous présentons le tract succinct et plus bas.

Nous vous présenterons peut-être une prochaine fois, quelques éléments du texte qui ont servi pour confectionner la mini brochure et les panneaux, qui étaient colorés et illustrés.

.

.

Bon courage pour la mobilisation et l'attaque générale !

.

.

Théo Duchon

.

.

Chroniques fralibiennes (3) à Boulogne Billancourt. Lancement de la campagne de boycott d'Unilever le 7 décembre
Tag(s) : #Fralib, #Actions !, #Autogestion, #Échos des Luttes, #Échos de Boulogne-Billancourt !, #Échos de Boulbi !